Réseau compost citoyen auvergne-rhône-alpescompostage
Agenda  Lettre d'info

Bilan chiffré du site de compostage de Jardin sur cour de 2014 à 2017

12/04/2018 | Thème(s) : Acteur/Prestataire - Compostage partagé - Maître composteur

Historique

L’association Jardin sur cour a été créée en janvier 2012. Elle a pour but de gérer et d’animer un espace à jardiner collectif et écologique. Ce jardin partagé situé dans la cour de la Maison des Associations du 4e, est un espace favorable à la détente, à l’apprentissage, aux rencontres, aux échanges entre adhérents mais également avec les habitants du quartier. L’implantation d’un composteur collectif était déjà prévue dans les statuts.

Le composteur a été construit en juin 2013 lors d’un chantier participatif avec l’association Les Compostiers. Il est constitué de deux bacs de 1,5 m3 pour les apports et la maturation et d’un bac de broyat de 1m3. Ce composteur est prévu pour 70 foyers en moyenne par an. Il a été ouvert aux habitants du quartier en décembre 2013. Deux permanences ont été mise en place dès l’ouverture et sont tenues au minimum à deux par les jardinières-niers : le mercredi de 18h à 19h et le samedi de 10h30-11h30.

image

Le jardin, surtout au début, n’était pas très visible du trottoir. Les gens passaient devant sans le voir !
De l’autre côté de la rue, le long de l’église un autre jardin partagé, La Légumerie, avait installé en février 2013, un composteur collectif. Au début, nous avons fait une communication commune. Quelques affiches ont été déposées dans les magasins autour, à la Mairie, à la Maison des Associations ainsi que les quelques halls d’entrées autour du jardin. Une réunion publique à l’automne 2013 a été faite avec Bastien Copetti des Compostiers. Puis la communication s’est essentiellement faite par le bouche à oreille. La collégiale de Jardin sur cour a décidé au démarrage de peser les épluchures apportées au composteur. La méthode a évolué au fil du temps : d’un simple cahier dont il fallait déchiffrer les quantités déposées et les noms pour les reporter dans un tableau excel, à un listing où chacun se retrouve et n’a plus qu’à remplir sa case après avoir pesé son seau. Chacun participe et ce quelque soit son âge !image

Tenir une liste des habitants venant composter, permet aussi de veiller à ne pas trop dépasser les capacités du composteur. Ce qui s’est produit fin 2016, avec la fermeture du composteur de La Légumerie.
« Victimes de notre succès », nous avons dû limiter le nombre de personnes compostantes en mars 2017 car nous avions récolté 1 tonne d’épluchures en à peine deux mois.

Les matières organiques acceptées dans ce composteur de quartier sont : les épluchures de TOUS fruits et légumes, les fruits et légumes abîmés, le marc de café et les filtres, le thé ainsi que les coquilles d’œuf écrasées. Au début nous acceptions les bouquets de fleurs des fleuristes, puis nous les avons refusées en apprenant qu’elles étaient trop chargées en pesticides et autres hormones pour booster leur floraison !
Les déchets verts de notre jardin sont le plus souvent réutilisés comme paillis. Parfois ils sont compostés comme déchets azotés. Mais nous ne les pesons pas, ils ne rentrent pas dans nos statistiques.

Le broyat que nous utilisons est récupéré : nous n’en avons encore jamais acheté. Les sources sont variées et au coup par coup : copeaux de menuiserie, broyat récupéré par des jardinières, jardiniers ou les personnes qui compostent en échange de quelques sacs de compost, récupération de broyat au « cul du camion » des élagueurs, lorsqu’ils broient sur place, mutualisation parfois avec d’autres jardins,etc.

Toutes les opportunités sont saisies ! Ce qui développe un sens aigu du système D, mais pas une filière pérenne !
Le compost produit est surtout destiné à amender le sol du jardin très argileux et assez pauvre. Les habitants qui apportent leurs épluchures peuvent aussi en récupérer. Ils sont peu nombreux et leur besoin est minime.
Certaines années, lorsque nous avions trop d’apport frais par les habitants et que le compost en maturation n’avait pas fini son cycle, nous le proposions à d’autres jardins partagés.


Depuis l’ouverture du composteur aux habitants du quartier :

- 351 permanences > 351h de lien social
- 2 à 4 bénévoles par permanence (en moyenne 176h/an)
- 14 retournements – 4 à 6 bénévoles, 2 à 3h par retournement (en moyenne 24h/an)
- 1 à 2 événements festifs dans l’année
- en moyenne 73 familles compostent à Jardin sur cour
- gestion administrative [mail, listing des compostant.e.s, statistiques], environ 50h/an
image


En 2016, sur la Métropole du Grand Lyon

- Le coût net de collecte et de traitement des Ordures Ménagères Résiduelles (bac gris) est de 204 euros TTC/t*.
- A l’échelle d’un composteur de quartier, les 17 tonnes détournés des OMR ont fait économiser 3 468 euros à la collectivité en 4 ans.
- A l’échelle du Grand Lyon : 50 composteurs de quartier
- 4 (t/an) x 204 euros = 816 euros x 50 (CQ) = 40 800 euros d’économiser/an > sur 4 ans 163 200 euros !


* Rapport annuel 2016 sur le prix et la qualité du service public de prévention et gestion des déchets ménagers et assimilés du Grand Lyon métropole

Frédérique Pommereau pour Jardin sur Cour – Bilan chiffré du site de compostage collectif de 2014 à 2017


Article dans son intégralité : down Jardin sur cour