Réseau compost citoyen auvergne-rhône-alpescompostage
Agenda  Lettre d'info

« Au Compost ! », un projet expérimental de compostage partagé par Grand Chambéry

28/02/2018 | Thème(s) : Collectivité - Compostage partagé

imageL'opération « Au compost ! » est une expérimentation de déploiement à grande échelle de sites de compostage partagé sur le domaine public, mise en place depuis mars 2017 sur la commune de la Motte Servolex (73). 15 sites de compostage ont été installés par Grand Chambéry sur l'agglomération, en partenariat avec la commune concernée. Cette expérimentation est née d'un constat : devant la participation croissante des habitants au compostage, les sites de quartier de l'agglomération chambérienne sont désormais souvent équipés de composteurs de grande capacité (1000 à 1500 litres), rendant les opérations techniques (brassage à la fourche, transferts de bacs, etc.) plus contraignantes pour des habitants bénévoles car consommatrices de temps et d’énergie. Ainsi, Grand Chambéry a envisagé avec Compost’Action et Trialp une solution alternative et innovante. Le projet « Au Compost ! » propose ainsi l’externalisation des opérations techniques sur les sites de compostage par une personne en contrat d’insertion de la société Trialp. Avec un maillage serré, les positionnements des sites ont été étudiés pour faciliter le geste de compostage pour les habitants. Le projet « Au Compost » s’appuie toujours sur les habitants qui assurent un rôle d’« ambassadeurs du compostage » dans le quartier : ils sensibilisent leurs voisins, donnent les consignes de tri et communiquent sur la pratique du compostage. C'est Compost'action qui s'est occupé la première année de leur formation et de l'accompagnement à ces animations, avant que la collectivité ne reprenne cet accompagnement.
La commune de la Motte Servolex a quant à elle eu un rôle clé sur l'emplacement des sites, la communication via des relais de terrain, la connaissance des syndics et de certains habitants moteurs, ainsi que sur la mise à disposition du broyat pour alimenter les sites. Cette commune, inscrite dans l'agenda 21, a très bien accueilli ce projet et contribue à son bon fonctionnement.

Le service proposé permet notamment de diffuser de façon plus large la pratique du compostage en s'adressant à une population qui souhaite composter sans participer aux opérations techniques. Pour la collectivité, les avantages sont nombreux : techniques (la diminution des quantités de déchets déposés dans les bacs ou les points d’apports volontaires doit permettre une diminution des tonnages d’ordures ménagères en incinération), environnementaux (création de compost pour une utilisation comme amendement et fertilisant naturel, diminution des impacts des émissions des camions de collecte, diminution des nuisances olfactives sur la collecte des OMR). Outre ces avantages, la dimension sociale de ce projet est particulièrement à l'oeuvre : activité locale avec la création d'un poste pour une personne en insertion chez Trialp, lien social sur les sites de compostage entre habitants avec les échanges sur les pratiques, les rencontres lors des distributions de compost et des animations sur site et dans le quartier etc. Les sites ont été installés sur des itinéraires de tournées de collecte.

imageMême si le bilan quantitatif de cette première année test peut paraître décevant (20 transferts de bacs effectués en 9 mois, soit environ 8 tonnes de biodéchets transférés), le bilan qualitatif est quant à lui positif : les habitants sont ravis du projet, le compost est de qualité. On note que les sites les plus efficaces (ou productifs) sont ceux avec présence d’un ou plusieurs ambassadeurs, avec une bonne visibilité et un accès facile pour les usagers. Si la participation n'est pas importante sur certains sites, l'emplacement peut être repensé, tout en permettant de laisser l’opportunité de se développer. On sait que le changement de comportement nécessite du temps. La méthode utilisée, sans implication immédiate des habitants formés "référents" peut d'ailleurs avoir un lien avec cette mise en route un peu longue. 205 bioseaux ont été distribués et les résultats des pesées des bennes OM seront exploitées afin de voir si une baisse des tonnages est perceptible dans le temps.

La communication sous plusieurs formes (rencontre, affiche, presse …) et réalisée de manière coordonnée entre les différentes parties prenantes, a permis de sensibiliser un large panel d’utilisateurs. L’implication des ambassadeurs est un facteur de réussite du projet. Il démontre un intérêt pour celui-ci, une attente des usagers et permet de mobiliser plus de personnes au service du projet. La bonne qualité générale du dépôt est certainement due en partie à la simplicité du service « Au compost ! » mais aussi à la conception de consignes claires collées sur chaque bioseau et la mise à disposition de ces mêmes bioseaux par Grand Chambéry.

Amélie Esmenjaud, Compost'Action